A qui puis-je m’adresser en Italie?

A qui puis-je m’adresser en Italie?

Cela peut nous arriver à tous de passer une période difficile, comme par exemple une période de deuil, un licenciement, une séparation ou des symptômes psychologiques contraignant (crise d’angoisse, anxiété, dépression, etc.). L’absence de « culture de la psychologie » en Italie a fait naitre beaucoup d’idées préconçues comme « le psychologue c’est pour les fous ». En réalité les situations de souffrance psychologique graves font partie des motivations les moins diffusées pour s’adresser à un spécialiste. Tout le monde et à n’imposte quel moment de sa vie, peut avoir besoin ou vouloir s’adresser à un expert de la psychologie pour prendre soin de soi et commencer un parcours de bien-être et de sérénité.

Mais à qui peut-on s’adresser dans ce cas ? Quelle différence y-a-t-il entre les professions psychologiques, comme psychologue, psychothérapeute et psychiatre ? Voici donc un éclairage sur les principaux experts de ces souffrances-là.

Le psychologue est diplômé en psychologie et a passé et réussi l’Examen d’Etat qui permet l’inscription à l’Ordre des Psychologues. Il est donc habilité à exercer la profession de psychologue et il fournit une aide sans prescription pharmacologique (il ne peut pas prescrire de médicaments). Il s’occupe de favoriser le bien-être de la personne en intervenant dans les situations ou la souffrance grave n’est pas encore déclarée. Mais alors, que peut faire exactement le psychologue ? Il peut effectuer des entrevues de soutien, des consultations, utiliser des outils de diagnostic, des techniques de relaxations, etc. Le psychologue ne peut pas réaliser un suivi telle qu’unepsychothérapie, puisque pour cela il est requis le titre de psychothérapeute. Il peut en revanche, conduire un diagnostic psychologique et dans le cas d’une constatation de souffrance psychologique grave, adresser le patient au spécialiste adapté. Dans les faits, si le psychologue relève une dépression, il ne peut pas être l’unique référent de la personne, et doit lui conseiller un spécialiste à contacter.

Complètement différente de la consultation psychologique, la psychothérapie est une consultation qui va plus en profondeur. Le psychothérapeute, en plus de son diplôme en psychologie ou en médecine, s’est spécialisé dans le traitement de la souffrance psychologique et des symptômes qui y sont associés (phobies, crises d’angoisse, dépression, anxiété, etc.). En plus des fonctions de soutien et de support, déjà décrites pour le psychologue, le psychothérapeute peut agir dans les situations dans lesquelles la personne souffre d’un trouble plus profond. Après avoir effectué un diagnostic grâce aux entretiens cliniques, il peut prescrire un traitement adéquate.

Il existe de nombreuses écoles de pensée de psychothérapie, dont les trois principales sont : la thérapie psycho-analytique, la thérapie cognitive-comportementale et la thérapie systémique-familiale. Pour clarifier tout cela, prenons une métaphore : tous les Hommes politiques font de la politique mais chacun d’entre eux a des idées et des orientations politiques qui les portent à aborder les problèmes de différentes façons. De manière analogue, le psychanalyste et le psychothérapeute systémique ou cognitif-comportemental ont une vision différente du symptôme et de la manière de le traiter, ils sont pourtant tous les trois des psychothérapeutes. Pour être sur que le psychologue auquel on s’adresse est aussi psychothérapeute, il faut consulter l’Ordre Professionnel Régional, auquel il doit être inscrit avec les deux titres. Aussi bien le psychologue que le psychothérapeute ont comme instruments principaux d’aide, l’écoute et la parole. Ils sont mis en œuvre lors des séances durant lesquelles le patient peut parler librement de ses difficultés sans être catégorisé « sain » ou « malade ». La durée d’une psychothérapie ne peut généralement pas être prévue et dépend de la difficulté que présente le patient et des ressources que son contexte et lui-même mettent en jeu pendant le traitement. Il est en outre possible d’effectuer des psychothérapies de groupe, de couple et de famille.

Le rôle du psychiatre est encore différent, ayant un diplôme et une spécialisation en médecine, il soigne les maladies mentales (comme par exemple la schizophrénie ou le trouble bipolaire) grâce à l’utilisation des méthodes propres à la psychiatrie : anamnèse, diagnostic nosographique et prescription de traitements pharmacologiques. Il arrive souvent que le psychologue/psychothérapeute et le psychiatre soutiennent simultanément une même personne, et obtiennent donc un meilleur résultat qu’en agissant séparément.

Le neurologue, lui, est diplômé de médecine et s’occupe des troubles liés aux lésions ou déficits du système nerveux, du mouvement, de la sensibilité, de l’équilibre, des problèmes relatifs à la mémoire, au langage, au vieillissement et à la décadence cognitive (comme par exemple la maladie d’Alzheimer). Le neurologue a une approche de ces maladies basée sur les lésions au cerveau et sur l’évidence que les maladies neurologiques sont étroitement liées au siège de la lésion. Il collabore également avec l’équipe psychologique/psychiatrique dans les situations de difficultés psychologiques et relationnelles qui peuvent survenir chez les personnes atteintes de troubles du système nerveux (problèmes d’anxiété et de dépression par exemple).

Enfin, un autre métier important dans la sphère des professionnels de la psychologie, est le pédopsychiatre. Il s’occupe de la prévention, des diagnostics, du traitement et de la réhabilitation dans les maladies neurologiques, neuropsychologiques et psychiatriques qui peuvent se manifester dans les périodes de l’enfance ou de l’adolescence, c’est-à-dire jusqu’à 18ans. Il s’occupe également de tous les troubles du développement de l’enfant sous ses différents aspects : psychomoteur, linguistique, cognitif, intellectuel et relationnel.